Le template Universatil, par 55thinking
TRINOME ACADEMIQUE

Vous êtes ici:

Stage Trinôme du 14 février 2007 à Bourges

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Écrit par Patrick Perrier Jeudi, 17 Septembre 2009 15:11

Stage trinôme académique du 14 février 2007. BOURGES

Compte rendu : Mrs. Emmanuel BARDET et Jean Cyrille PEROTEAU. Lycée Notre Dame des Aydes BLOIS

Matin : Service départemental d’incendie et de secours du Cher.

Les interventions du matin sont guidées par l’association Agora défense en la personne de son Directeur

M. Yves DEBONO

. Ces interventions s’appuyaient sur un diaporama fait pour des classes de troisième.

 

Présentation du SDIS (service départemental d’incendie et de sécurité)

Il est organisé par la loi du 13 août 2004 sur l’organisation de la Sécurité civile en France. Le président du

conseil général est président du SDIS, cette fonction étant déléguée au vice-président (M. Yvon

BEUCHON) Son conseil d’administration est de 22 membres. Ce Service coûte aux contribuables 80 euros

par an et par habitant. Ce coût s’explique par le fait que le Cher est le 7° département français pour sa

superficie (7235 km2) et que sa densité est de 42 hab / km2.

Le budget est de 25 millions d’euros dont 45% proviennent des communes et 55 du Conseil Général.

Le personnel se compose de 220 pompiers professionnels, de 1650 pompiers volontaires et de 80

personnels techniques et administratifs. Le matériel consiste en 840 véhicules répartis sur 59 casernes.

Ce service assure 25 000 interventions par an.

M.DEBONO (Président de l’association Agora-défense) : Le citoyen au coeur de la Défense.

M.Joubert

, principal de collège, a évoqué en introduction la convention du 10 mai 2003 associant

l’Education Nationale et l’association Agora – Défense. L’Association pour remplir sa mission dans les

collèges, a conçu un module de 55 minutes pour les classes de 3°.

La Défense est un attribut de la citoyenneté et en ce sens elle est affaire de tous.

 

Le parcours citoyen

vise à enseigner la Défense de la 3° à la 1ère. Le jeune doit aussi se faire recenser

entre 16 ans et 16 ans et 3 mois. Il reçoit alors une attestation. Puis ce parcours s’achève par la JAPD à

l’issue de laquelle le jeune reçoit un certificat, papier officiel nécessaire pour certaines démarches

administratives comme l’inscription au bac.

 

L’évolution du service militaire :

Il est organisé par la loi Jourdan en date du 19 fructidor an VI (5

septembre 1798. Sa durée va varier. Voici quelques dates à titre d’illustration.

1830 : 8 ans

1870 : 5 ans

1910 : 2 ans

1913 :3 ans

1930 : 1 an

En 1905, le service militaire fut rendu obligatoire pour tous. Sa durée était de 3 ans.

En 1997 le service national est suspendu (et non supprimé comme beaucoup le pensent).

La sécurité vise à assurer l’intégrité du territoire et de la vie de la population.

Que protéger ?

- la démocratie

- la culture

- la liberté

- le territoire

- la place de la France dans le monde ….

Que sont les intérêts vitaux de la France ?

La sécurité du territoire

La sécurité de sa population

La souveraineté (la possibilité de décider chez soi)

 

Les trois aspects de la défense

Civile

Economique

Militaire

La défense civile

: Elle est assurée au moyen de plans (plan vigipirate…), de la protection des points et

réseaux sensibles, de l’aide à la population…

 

L’exemple du Teknival de Chavannes

.

Pour illustrer la mise en oeuvre d’un de ces plans de défense, les intervenants (responsables des sapeurs

pompiers et de gendarmerie) présentèrent l’exemple du Teknival tenu en 2006 près de Bourges. Parmi ces

intervenants, Monsieur le Préfet du Cher, M.Claude KUPFER.

Ce Teknival s’est tenu du 28 avril au 2 mai 2006 à Chavannes. Les services du préfet avaient donc à gérer

ce Teknival, plus le printemps de Bourges sans compter une rave party en marge du printemps de

Bourges. Rave qui avait réuni 3000 personnes. Le Teknival allait lui en rassembler 83 0000. Il mobilisa

850 gendarmes, 40 enquêteurs de la police, 20 équipes cynophiles, 1 hélicoptère, 60 à 80 sapeurs

pompiers, 20 secouristes et nécessita l’installation de 4 postes de secours.

Son bilan fut de 45 gardes à vue dont 20 déférés au parquet. On ne déplora finalement qu’un feu de

voiture, 1 feu de tente et 2 feux de paille. Noter aussi 13 interventions pour chiens et 10 pour…. Reptiles

(9 vipères et une couleuvre), un cheval affolé et une buse cendrée blessée. Côté médical, il y eut 30

urgences, 10 overdoses, 42 évacués. On déplora un décès à l’hôpital. L’organisation des secours permis

selon les médecins d’éviter 11 décès grâce aux évacuations d’urgence.

Monsieur le Préfet souligna que la difficulté première résidait dans le fait qu’il fallut tout mettre sur pieds

en, temps record. Par ailleurs, jusqu’au dernier moments les « organisateurs « du Teknival laissèrent

peser le doute quant à la tenue du Teknival dans la région. Monsieur le Préfet souligne que la

contradiction majeure réside dans le fait que l’Etat est responsable de l’ordre public, ce qui n’était pas le

cas des « organisateurs ». Monsieur le Préfet signala entre autres que le choix du terrain pour ce genre de

réunion était complexe. En effet, le projet nécessite un terrain en retrait d’une agglomération, dans une

zone non boisée, non vallonnée et non soumise aux lois de protection de l’environnement.

La solidarité de tous les services permit la bonne tenue de ce Teknival. Monsieur le Préfet souligna

d’ailleurs que ce fut l’occasion d’une grande aventure humaine qui rapprocha toutes les personnes des

différents services et associations.

La défense économique.

Elle concerne : la liberté des échanges - la sécurité des approvisionnements - les capacités techniques et

industrielles du pays les innovations - la sécurité des entreprises - la maîtrise de la société de

l’information (95% des informations sont disponibles sur Internet.

M. Bernard Poncet de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Cher présenta concrètement comment

cette défense était assurée dans le département.

Le problème concerne surtout les petites et très petites entreprises qui connaissent peu le domaine de

l’intelligence économique. Par ailleurs ces entreprises travaillent dans l’urgence et non pas de vision à

moyen terme. La C.C.I. joue le rôle de coordinateur entre ces entreprises et leur facilite l’information. Elle

encourage aussi les communautés d’intérêts ou de projets.

La défense militaire

La France est la deuxième nation qui engage ses forces à l’extérieur dans le cadre de l’OTAN, l’ONU ou

l’UE. Actuellement près de 35 000 hommes sont hors métropole dont 14000 en opérations extérieures.

Les forces armées françaises totalisent 440 000 hommes dont 163 000 pour l’Armée de terre.

Les fonctions de la défense militaire sont

- de défendre la France et les TOM DOM

- De disposer de forces pré positionnées dans un cadre de prévention des crises.

- La projection

La prévention à long terme concerne avant tout la diplomatie. C’est ainsi que l’outil nucl éaire ne fait pas

l’objet d’une gestion militaire autonome.

La prévention à moyen terme repose sur

- les unités prépositionnées ( pays d’Afrique)

- l’ONU

- l’aide militaire aux unités des pays d’Afrique engagées dans des crises africaines

Ex : l’aide au bataillon marocain engagé dans la crise du Congo.

Le commandant MARIN de l’Ecole du Matériel de Bourges, présenta ensuite de façon fort vivante,

plusieurs exemples concrets d’interventions françaises

La Côte d’Ivoire

. Dans le cadre de l’opération Licorne. Pays composé de 90 ethnies en proie à une sévère

crise frisant la guerre civile et mettant en danger les ressortissants étrangers. Il s’agissait ici d’assurer la

sécurité et l’évacuation des ressortissants. Un centre de regroupement de 250 personnes fut organisé, ce

nombre correspondant à la capacité d’un avion. Cette opération a mobilisé 3500 soldats.

 

L’opération Artémis – Mamba

.

Elle eut lieu à l’est de la République démocratique du Congo. Face à la situation de crise, l’ONU

demanda en 2003 une aide qui fut prise en charge par la France. Au cours de son exposé, l’intervenant a

évoqué le tragique problème des enfants soldats. Souvent drogués, ils sont plus désinhibés que les adultes

et se livrent à toutes sortes de violence. Un cas nous été cité d’un adolescent auteur de plus de 100

meurtres. Le professionnalisme avec lequel les forces françaises sont intervenues militairement dans le

cadre onusien a été reconnu par tous et couronné de succès.

 

L’après midi

fut consacrée à la visite du SDIS situé à l’hôpital de Bourges. L’avantage premier de ce

centre est d’avoir dans la même salle la cellule sapeurs pompiers et le SAMU. Différents services nous

furent présentés de façon très concrète. Le site 15 – 18 – 112 est à la pointe de l’organisation des secours à

l’échelle départementale. Le SIG (Système d’information général) sur écran améliore nettement

l’opérationnalité des personnels. Le développement du GPS pour véhicule va renforcer le dispositif dans

les années qui viennent.

 

 

Haut de page